Paraître et comparaître

Le verbe « comparaître » entendu au hasard d’une conversation m’a inspiré ce poème. Paraître et comparaître ce n’est pas la même chose. L’apparition peut être une joie et la comparution une humiliation. Le regard des autres nous façonne. S’il est trop insistant, il nous isole, s’il est indifférent, il nous glace. Quel qu’il soit, il nous désigne une place. Parfois (et même souvent) le regard de l’autre permet de vivre.

Ce n’est pas la même chose

Paraître aux yeux du monde
et paraître à tes yeux,
ce n’est pas la même chose.

Ce qui marche pour toi
ne marche pas pour moi.
Je ne veux pas comparaître.

Il n’y a rien à faire
pour paraître à tes yeux
tel que je devrais être.

Mais vivre dans le monde
comme tu sais si bien faire
me met dans l’embarras.

Ma place est dans tes yeux
et non pas dans le monde,
ce n’est pas la même chose.

Je débarrasse la place.
Le monde est surpeuplé
de gens qui savent y faire.

Même s’il n’y a rien à faire
pour être aux yeux du monde
comme une chose inerte.

Disparaître du monde
pour vivre dans tes yeux
semble une chose à faire.

Mais paraître à tes yeux
comme préférable au monde
est chose embarrassante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s