Vous le saviez

C’est bientôt la journée internationale des droits de l’enfant (le 20 novembre ) mais quand on y réfléchit les enfants devraient avoir tous les jours tous les droits ou presque et quelques devoirs. L’insouciance au quotidien et la protection de la part des adultes semblent des éléments  évidents de l’épanouissement des enfants. Pourtant, il a fallu en faire des droits. Les  injustices envers les enfants ne concernent pas que les pays pauvres ou en guerre.

Dans l’enfance, quelqu’un vous a tenu la main et puis l’a lâchée. C’était un homme de haute stature ou une femme puissante qui vous faisait traverser la ville et la forêt et la montagne. A ses côtés, vous n’aviez peur de rien. Les passants étaient des figurines, les portes s’ouvraient sur des jardins, les chemins étaient ombragés. Ensemble, vous alliez le plus loin possible, certains de toujours revenir. Mais c’était une ruse. Depuis le début il ou elle vous trompait. Son véritable plan était de vous abandonner pour vivre sa vraie vie sans vous. Comment avez-vous pu croire qu’il ou elle allait passer une vie entière à vos côtés ?

Un jour, il fut décidé d’une grande promenade. Il fallait vous entrainer le plus loin possible en empruntant de multiples détours autant pour vous désorienter que pour vous fatiguer. Arrivés aux contreforts de la montagne, il ou elle vous confia une mission extrêmement difficile mais très importante : compter les brins d’herbe du fossé et les voitures rouges qui passent sur la route tout en chantant une chanson pour que les nuages s’immobilisent. Quelques instants avant sa libération, il ou elle vous serra dans ses bras, vous assura de son amour envers et contre tout, pour toujours et partout. Il ou elle  disparut  par étapes, en se retournant souvent pour s’assurer que vous comptiez bien les brins d’herbe et les voitures rouges tout en chantant pour les nuages.

Vous avez compris avant que les ombres grandissent et que la nuit tombe : aucune voiture rouge, des milliards de brins d’herbe, les nuages filent. Vous le saviez depuis le début et vous avez cru le contraire. Vous n’avez même pas tenté de revenir sur vos pas. Vous avez cherché refuge ailleurs, loin devant. Vous ferez ainsi désormais. De refuge en refuge, vous vous poserez toujours des questions et fabriquerez vous-même les réponses. Vous ne voudrez plus jamais le ou la revoir.

Publicités

2 réflexions sur “Vous le saviez

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s