Bienvenue dans le métro

Je reviens de vacances et rien n’a changé. La frénésie est partout et je ne la comprends pas. Les métros sont bondés à nouveau. Dès le premier trajet du retour les passagers retrouvent leur stratagème préféré : un regard vide pour dissimuler le trop-plein de rêves et ne pas se pencher sur celui des autres. Je ne fais pas exception. Je suis parti mais il n’y a pas eu de vacances.

Bienvenue (poème de métro, ligne 8)

Bienvenue dans la fournaise.
Y a-t-il une vie sans écran
qui rafraîchisse la mémoire
et efface le présent ?
Bienvenue dans le tunnel
où la jeunesse est belle
De l’éclat de nos rêves :
un baiser pour la vie.
Bon retour sous la terre
où les paroles en fuite
traversent les esprits
qui acceptent ce mystère :
la vie carbure à l’ordinaire
désir d’en faire partie.

Pour connaître les conditions d’écriture du poème de métro voyez ici.

Publicités

6 réflexions sur “Bienvenue dans le métro

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s