La réalité insaisissable

Au début ce n’était qu’un jeu autour du mot épuisette. Et puis la réalité insaisissable s’en est mêlée. Au final c’est un poème qui doute de savoir comment vivre.

Épuisette

Vivre sa vie en pure perte :
se faufiler entre les mailles
de la folle épuisette
nommée réalité.

Vivre sa vie en cachette :
se glisser dans les failles
quand passe la patrouille
de la nuit aiguisée.

Vivre sa vie en cavale :
se fondre dans la masse,
coursé par les polices
du jour recommencé.

Vivre sa vie sans entrave :
toucher le fil de soi
de la nasse embrouillée
nommée réalité.

Perdre sa vie sans angoisse :
accepter la défaite
de la nuit qui se ferme
et du jour épuisé.

Publicités

9 réflexions sur “La réalité insaisissable

  1. J’avais une amie qui avait l’habitude de dire « je suis crevette » quand elle était fatiguée (expression que j’ai gardée en moi). Elle aurait pu dire « je suis épuisette »… elle vivait sa vie sans la perdre, et moi, je l’aimais pour ça. Beau poème, Jérôme.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s