Une hypothèse invérifiable

L’autre jour, à la pause, je feuilletais un magazine en discutant avec une collègue. La couverture proposait de comprendre le Coran. Nous avons regretté l’emprise des religions sur le débat public, comme si désormais il était devenu incongru d’être athée. En y repensant, je me suis dit que toutes les religions (mais aussi l’athéisme) sont basées sur une hypothèse invérifiable : l’existence d’un ou de plusieurs dieux, d’un ou plusieurs paradis, enfers et purgatoires. Cela m’a inspiré ce sonnet :

Sonnet sans savoir adressé aux croyants

Est-ce que vous savez que vous ne savez rien ?
Ni l’au-delà ni demain, absolument rien.
Agenouillez-vous, prosternez-vous, psalmodiez
autant que vous voudrez les paroles du livre,

vous ne savez rien. Aucune révélation
sincère ou arrangée ne vous fera comprendre
le plus petit éclat tranchant de vérité.
Pourtant ne croyez pas, croyants, que je vous nargue

ou que je vous plaigne sur un savoir perché.
Moi non plus, je ne sais rien. L’au-delà, demain
reculent à mon approche. Je verrai bien :

chaque jour commence pour connaître le doute
et la sapience niche aussi dans les fissures.
Cela m’inquiète et me réconforte. Pas vous ?

Publicités

11 réflexions sur “Une hypothèse invérifiable

  1. L’homme a besoin du sacré. Il peut trouver le sien, sans passer par un dogme. Hélas on connaît le processus mis en place il y fort longtemps, où les dieux, pure invention humaine, ont été récupérés par un système d’exploitation. Qui répond à la peur psychiquement mise en place à la naissance. Il y a donc un fond où le degré de fragilité de tout être va attirer. Evidemment dès que ça conduit à l’extrémisme on entre dans un domaine qui relève de la psychiatrie…Agnostique, je me porte bien. Je pense que la sapience du dénommé Lénine, est un sujet de réflexion quand on sait où son idéologie à abouti, souvent je me dis que ça a du être un fumeur d’opium..
    Merci.

    J'aime

  2. « Je sais que je ne sais rien » comme disent Socrate et Gabin. J’ai même un livre qui s’intitule L’univers existe-t-il ? Nous ne savons même pas si nous sommes réels. Je ne m’inquiète ni ai besoin d’être réconfortée, en fait. Qu’aurais-je à faire dans cette vie de savoir ce qu’il y a après. Dans l’univers rien de se perd, c’est suffisant. S’il existe.

    J'aime

    1. « Existe-t-il ? » est un livre d’Yvan Pommaux. Il ne parle ni de Dieu ni de l’univers mais du Père Noël. Et certains esprits mal tournés se demandent comment on peut ne plus croire au Père Noël mais continuer de croire en qui-tu-sais. Mystère…

      Aimé par 1 personne

  3. Hélas, la raison n’entre que par effraction dans la foi. Tout raisonnement, même dit avec talent, sincérité et sensibilité, laissera de marbre celui qui croit. A différencier aussi la foi de la religion. Quant à l’athéisme, nous l’avions d’ailleurs déjà évoqué, et tu le souligne fort bien, est une forme de foi également. Beau sonnet, une forme délicate à manier sans être précieux ou superficiel.

    J'aime

  4. Pour répondre à ta question, Jérôme… oui je sais que je ne sais rien. Et je te répondrai sans trop réfléchir que je trouve ça beaucoup plus rassurant qu’inquiétant. Ça me donne la liberté de diriger mes pensées vers des lieux de paix, ceux que je me construis et que j’adapte à mon gré au fil du temps, à force de vie et d’expériences. À chacun sa vie… tant qu’on ne fait de mal à personne…

    Aimé par 1 personne

      1. Merci à Braessens. S’il n’avait pas existé, aurait fallu l’inventer…
        Parlant chanson et religion… Je chantais celle-ci il y a une vingtaine d’années dans des petites boites… Je l’adressais plus particulièrement à un groupe que tu reconnaitras sans doute, qui viennent par deux frapper aux portes de nos maisons.
        J’ai même une petite anecdote à ce sujet. Un soir, lors d’un spectacle-bénéfice, deux d’entre eux (qui étaient venus là parce qu’ils travaillaient à la conversion du mari de l’organisatrice du spectacle, une amie à moi, pauvre elle, qui s’arrachait les cheveux tellement ça la consternait) se trouvaient dans la salle. Plutôt impolis, ils sont sortis avant que j’aie terminé ma chanson… On se demande pourquoi.
        À l’époque n’est-ce pas, la liberté d’expression revêtait d’autres habits… le politiquement correct était moins répandu… je me sentais parfaitement à l’aise de chanter ces mots, et personne vraiment n’en vivait de malaise… Aujourd’hui, ce serait différent.

        Pas besoin de rendre ce commentaire public, Jérôme. C’était d’abord pour partager avec toi. Tu fais comme tu le veux.

        LES TÉMOIGNAGES
        (Paroles et musique : Caroline Dufour)

        J’te vois venir avec tes grands mots
        Tes faux-semblants, tes idéaux
        Y en a déjà qui m’ont fait l’coup
        Une deuxième fois, faudrait être fou
        Tu vas brandir pour me séduire
        Tes paraboles apprises par cœur
        Tes menaces de charlatan
        Pour asservir les braves gens
        Oh mais laisse-moi te dire
        Tu perds ton temps

        Tu vas sortir un livre ou deux
        Pour m’offrir des preuves à l’appui
        T’attendrir sur ma déchéance
        Me dire qu’il m’reste encore une chance
        Pis tu vas vouloir me faire croire
        Que Dieu m’a sur sa liste noire
        Que j’moisirai p’t’être en enfer
        Le cœur en bas, le sexe en l’air

        REFRAIN
        Oh mais t’es-tu d’mandé pourquoi
        On n’a pas tous besoin de ça
        Oh moi j’fais c’que j’ai à faire
        Et c’est très bien comme ça

        Pis tu vas vouloir me faire dire
        Qu’au fond, je souffre le martyre
        Que j’ai tant besoin de réponses
        Et que Satan y prend plaisir
        Tu vas même pousser le délire
        Jusqu’à me plaindre, jusqu’à me dire
        Que ma vie n’est qu’une illusion
        Que je suis perdue pour de bon

        REFRAIN

        Fait qu’excuse-moi, mais j’ai pas l’temps
        Tu peux aller sonner ailleurs
        Mais r’garde-moi un peu en passant
        Je ressemble-tu tant qu’ça au malheur
        Permets-moi de douter un peu
        Des étoiles qui brillent dans tes yeux
        Mais si ça t’fait du bien d’y croire
        Vas-y mon vieux

        REFRAIN

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s