Poésie populaire turque

Featured image

Dans une poubelle, j’ai vu un livre et je l’ai pris. Ce sont « Les contes de Turquie » édités en 1977 chez Maisonneuve & Larose. Comme j’aime la littérature populaire en général et les contes en particulier, je me suis dit que je pouvais y faire mon miel. J’ai aussi en tête les sagesses folles de Nasreddine Hodja qui me réjouissent par leur vivacité et leur absurdité pleine de bon sens. Mais ce que j’ai découvert dans ce livre ce sont les « Tekerleme ». l’introduction savante de Messieurs Flamain et Nicolas m’apprend qu’il s’agit d’un roulement de paroles fantaisistes où l’auteur donne libre cours à son imagination dans le but de faire trébucher l’auditoire dans le monde merveilleux du conte. Car la plupart du temps, le Tekerleme initie le conte. C’est une version exagérée et folle de notre « Il était une fois ».
La lecture de ces poèmes me donnent aussi une leçon de liberté. Avec les mots on peut bondir jusqu’au ciel alors pourquoi les faire ronronner en vase clos ?
Voici deux Tekerleme :

En ce temps là

En ce temps-là
Le pou était ma monture
La puce était mon cheval de rechange
Le millet était ma massue
Le seigle était mon bouclier
J’avais un fusil
Je le chargeais avec du yaourt délayé
Je l’amorçais avec du sirop de fruit
Je grimpais au sommet des montagnes
Je me promenais en disant « gare ! gare ! »
A Tchamlibel la boue jusqu’aux genoux
Soixante-dix corbeaux se mettaient debout
En disant « le chef arrive »…
C’était le temps où
Je transportais de la marchandise
Avec une charrette tirée par une tortue
C’était quand le monde
Venait d’être créé
Quand j’étais un adolescent
Dans ma quinzième année
Quand je rasais les têtes
Avec le dos de la pioche…

Il était une fois et il n’est plus

Il était une fois et il n’est plus
Les serviteurs foufous de Dieu sont nombreux
Il n’y a pas plus fou que nous
Et dire trop est un grand péché
Peu ou prou
Hop là hop là
Je te ferai faire une chemise
De brins et de brindilles
Avec des boutonnières
En peau de pastèque
Et des boutons en radis…

Featured image

Publicités

7 réflexions sur “Poésie populaire turque

  1. Tekerleme, un drôle de mot à retenir. C’est délicieusement extravagant. J’ai connu quelqu’un qui écrivait comme ça sur un forum et entrainait les autres à sa suite, nous en avons fabriqué des mondes totalement farfelus, dans lesquels nous aurions bien pu charger un fusil avec du yaourth délayé.

    Aimé par 1 personne

  2. Merci de cette découverte ; j’aime beaucoup ce lâcher-prise (je sais je sais le mot est malvaudé cet an dernier) moin fantaiste qu’il y parait : amener l’auditoire à accepter le farfelu change son regard sur le sérieux – ou prétendu tel – et ouvre des portes sur … qui sait quoi ! ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s