Dépaysé et enchanté

Je propose un texte écrit au Venezuela alors que j’étais, à la fois, dépaysé et enchanté et que j’oscillais entre la concentration pour m’adapter et le lâcher-prise.  Je le publie pour le partager, bien sûr, mais aussi pour me souvenir de cet étrange et contradictoire sentiment.

Featured image
Sur la route des Andes

Je vis dans le nuage qui enserre la montagne.
Je vis dans le galet roulé par le torrent.
Je vis dans le regard de l’enfant étonné
d’entendre parler français sur la route des Andes.
Je vis dans la journée ouverte comme l’orchidée
sur la haute terrasse.
je vis dans le battement d’ailes du colibri
qui se cogne aux fenêtres.
Je vis dans le sommeil qui me ferme les paupières
et je vis dans le rêve qui mélange les langues
pour mieux me prévenir :
ici, il faut désapprendre pour comprendre.
Ici, il faut oublier pour se souvenir.
Ici, il faut se taire pour parler.
Ici ou ailleurs, chez toi et partout.

Publicités

7 réflexions sur “Dépaysé et enchanté

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s