Une énigme

J’ai longtemps hésité avant de publier cet article. Je me suis décidé après avoir lu   « Chercher l’horreur » sur le blog de Vincent et « Tant qu’il y aura la beauté » sur le blog de Caroline D. Il me semble que ces articles parlent chacun à leur manière de l’incroyable surgissement de l’art dans nos vies. Comment un poème peut embellir une journée ? Comment l’horreur et la beauté peuvent partager la même géographie ?
Ma réflexion et mon poème sont inspirés par la citation de Dostoïevski dans L’idiot « La beauté sauvera le monde » qui est censée nous soulager de bien des misères. Mon poème prend le contre-pied de cette phrase et c’est en lisant L’idiot que j’en ai eu l’idée. En effet, Dostoïevski n’était pas aussi affirmatif. Ce n’est pas «La beauté sauvera le monde » qu’il a écrit mais « C’est vrai, prince, que vous avez dit, une fois, c’est la beauté qui sauvera le monde ?» (Traduction d’André Markowicz dans Dostoïevski : Œuvres romanesques 1865-1868, Actes Sud – 2013)
Le prince en question (qui est aussi l’idiot) est le prince Mychkine. Grand personnage dostoïevskien, il incarne la bonté, le désintéressement mais aussi, pour son malheur, la lucidité sur tous les maux qui l’entourent (orgueil, cupidité, vanité) et dont les victimes lui font pitié. L’idiotie dont on l’affuble est due à ses crises d’épilepsie (comme Dostoïevski) mais aussi à son incapacité à être hypocrite, roublard ou même simplement prudent, qualités indispensables pour survivre dans le monde tel qu’il est, que ce soit la Russie du 19ème siècle ou le monde d’aujourd’hui. Le fait que Dostoïevski ait choisi d’écrire cette phrase à la forme interrogative et d’en faire un propos rapporté m’incite à penser que l’auteur était pessimiste sur la possibilité de sauver le monde de sa laideur morale par la beauté de l’idiotie.
Autrement dit, si la lecture d’un beau poème peut transformer une journée, elle ne peut pas faire de ce monde un endroit vivable. Ce qui explique aussi qu’au même endroit ou presque, des hommes ont composé des musiques sublimes et d’autres ont construit un camp de concentration.
Par cette longue introduction, je veux aussi expliquer que le poème à suivre n’est pas seulement un texte nihiliste mais aussi un exercice critique sur une citation tronquée et (à mon avis) détournée de son sens, avec trois mots : la beauté, la laideur et le monde. Ce serait prétentieux de me mettre dans le sillage de Dostoïevski. Mais puisque je me m’intéresse aux mots, je n’ai pas vraiment envie de tous les accepter comme des évidences.

Qui sauvera la beauté ?

La beauté sauvera le monde
mais qui sauvera la beauté
de notre goût pour les décombres ?

La laideur ruinera le monde.
Et si ce n’était déjà fait ?
Chacun de nous vomit son ombre.

La beauté crèvera le monde
comme un abcès de vérité
mais le mensonge nous incombe.

La laideur nourrira le monde
du lait froid de la cruauté
quand toute vie devient seconde.

La beauté punira le monde
d’être incapable d’accepter
que bientôt se ferme la tombe.

La laideur prendra la beauté
pour engendrer un autre monde
où plus rien ne sera sauvé.

Enfin, je termine par une autre citation (que je préfère à la première) issue elle aussi de L’idiot. Dostoïevski l’a mise dans la bouche du prince Mychkine : « La beauté est une énigme ».

Publicités

8 réflexions sur “Une énigme

    1. Éternel point d’interrogation, comme tu dis. Et les grands textes que tu cites donnent des éléments de réflexion plutôt que des réponses rassurantes. Par exemple, je n’ai jamais vraiment su si Voltaire se moquait de Pangloss, le philosophe fictif qui « cultive son jardin » au milieu d’un monde en furie ou, au contraire, s’il louait sa sagesse.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s