Talisman

En quelques semaines, les talismans de l’été ont perdu leur pouvoir. En rangeant mes affaires, je retrouve un caillou noir que quelqu’un a ramassé au bord d’une rivière pour me le donner. Au mois de juillet, dans la montagne, le geste et le cadeau me sont apparus évidents. Mais aujourd’hui, en ville, alors que ma vie est redevenue routinière, je me demande ce que cela veut dire.

Caillou noir

Elle me donne un caillou noir
sans me dire à quoi il sert,
sans me dévoiler son pouvoir.
Elle doit penser qu’il est comme moi :
léger, ébréché et secret.
C’est autre chose qu’il faut voir :
à force de tourner dans les mains
je vais m’adoucir, m’arrondir
et le temps va me façonner
pour la divination et les ricochets.

Ce sont les cailloux qu’il faut croire,
les cailloux et non les hommes.
Le caillou noir qu’elle m’a donné
cache toutes les révolutions dans son cœur.

Publicités

11 réflexions sur “Talisman

  1. J’ai pensé à Roger Caillois en lisant ton poème, à sa fascination pour les pierres, au pouvoir qu’il leur voyait en elle.

    «De tout temps, on a recherché non seulement les pierres précieuses, mais aussi les
    pierres curieuses, celles qui attirent l’attention par quelque anomalie de leur forme ou
    par quelque bizarrerie significative de dessin ou de couleur. Presque toujours, il s’agit
    d’une ressemblance inattendue, improbable et pourtant naturelle, qui provoque la
    fascination. De toute façon, les pierres possèdent on ne sait quoi de grave, de fixe et
    d’extrême, d’impérissable ou de déjà péri. Elles séduisent par une beauté propre,
    infaillible, immédiate, qui ne doit de compte à personne.»
    Roger Caillois, L’écriture des pierres.

    J'aime

  2. Une fois, le fou entra dans un jardin
    Distrait encore car il comptait les étoiles
    Buta sur une petite pierre qu’il mit dans sa main
    « Tiens, se dit-il, une tombée depuis un voile
    Je vais la garder, peut-être en aurai-je des nouvelles »
    Car, ses yeux inquiets ne cessaient de scruter le ciel
    La petite pierre se mit à lui parler
    Quel est donc ce grand secret?
    Le fou ne savait pas qu’il était fou
    Une fois, en chemin, quelqu’un lui dit:
    » Quoi, tu parles à une pierre, Ô toi sans le sou?
    Te répond-t-elle? – C’est ainsi, oui, mon ami
    Elle est ma confidente de jour comme de nuit
    Elle me conte tous les récits des anciens amis
    Je l’aime depuis, elle est une étoile à mes yeux
    Tombée du ciel, son éclat, me le donne de tous ses vœux
    Elle m’a juré fidélité, à moi qui ne sait comment la remercier
    Elle me chante des mélopées qui adoucissent mes rudes journées
    A la nuit tombée, elle devient mon plus bel oreiller
    Je la couve et je lui raconte aussi mes secrets.
    Fou, d’une pierre s’est cru ami d’une étoile »
    Alors l’indigent, a souri béatement
    S’en est allé, a retrouvé le jardin aux senteurs royales
    Soudain a vu mille autres étoiles qui l’invitaient par un chant
    Ô fidèle compagne, tu m’as mené ici
    Tant d’amis à présent dans cette nuit.

    Naïla

    https://tarogramme.wordpress.com/2014/12/13/letoile/

    J'aime

      1. C’est un plaisir de faire découvrir une telle merveille de poésie, j’ai cru, la première fois que j’ai lu Naïla que c’était une poétesse d’un autre temps, je pensais à l’époque des mystiques rhénans, dont l’œuvre m’aurait échappée, mais rien du tout, elle est vivante, c’est un choc pour moi, je raffole de sa poésie d’une intensité qui égale celle d’un Hadewijch d’Anvers par exemple, encore une fois, heureux de t’avoir fait plaisir.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s