une journée ordinaire

J’ai écrit ce poème en pensant aux journées ordinaires qui se consument une fois vécues. Elles sont presque toutes identiques, mais dans ce « presque », il y a l’instant, l’anecdote, le visage qui rend chacune unique. Mais même cet instant, cette anecdote, ce visage sera oublié. Ce n’est pas forcément triste.

La dernière flamme

Comment s’est passée ta journée ?
Rien de spécial : un rayon de lumière
a glissé sur mon visage
et j’ai relevé la tête.

Les enfant sont pressés d’en finir.
Demain, il y a un match
qu’il faut absolument gagner.
Après-demain, les vacances.

Dis-moi ce que tu penses
de ce livre, ce film, cette plaisanterie :
tous les jours identiques ou presque,
acceptés, effacés ou presque.

Pour ceux qui lâchent prise
et partent à la dérive
les visages familiers
s’éloignent et disparaissent.
Une journée ordinaire
devient la dernière flamme.

Publicités

Une réflexion sur “une journée ordinaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s