écrans

Je suis toujours impressionné par le nombre d’heures que l’on peut désormais passer devant un écran. Je ne parle pas des supports obéissants que sont les écrans de télévision ou de cinéma mais de tous les objets connectés que l’on manipule mais qui nous accaparent. Pour moi qui ne suis pas un « digital native », ces objets restent étranges. Leur pouvoir de fascination m’inquiète d’autant plus que je les utilise au quotidien. Cela m’inspire des poèmes, qui sont au moins la preuve fragile que je suis pas encore complétement vampirisé par leurs charmes.

Sur l’écran

Maintenant est tracé sur l’écran,
sur l’écran où tout s’efface.
J’ai conscience d’un changement de temps
dans la ville où se passent
les rencontres, les baisers et les séparations :
tout ce qui remplit l’espace,
tout ce qui fixe ma mémoire.
Ma mémoire est pleine de maintenant(s)
éveillés, encore vifs sur l’écran
qui toujours et partout me fait face.
Dans la ville des changements de temps,
maintenant sauvegardé me menace.
Je n’ai qu’à effacer l’instant.

Featured image

Mon petit monstre plat

Il sait tout faire
même me mentir,
même me trahir,
mon petit monstre plat.

Il avale tout,
il retient tout
et ne rend rien,
mon petit monstre plat.

Il me relie au monde
et me ligote à moi
et me menotte à lui,
mon petit monstre plat.

Rien ne doit sortir
de sa mémoire où gisent
les reliefs de ma vie
à plat dans les appli-
cations d’un petit monde froid.

Publicités

3 réflexions sur “écrans

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s