Rivière en crue

Tous les hivers, des images de rivière en crue nous désolent mais aussi nous fascinent. La rivière qu’on croyait n’être qu’un décor, redevient un élément puissant qui n’obéit plus à nos lois domestiques. Cela m’a inspiré ce poème où il est tout de même question de revivre après le désespoir.

Dériver encore

Elle déborde enfin
l’eau de la rivière.
Les berges s’effacent.
Le ciel nous étreint.
Et comme nous sommes
stupéfaits de voir
l’eau domestiquée
sortir de son lit
et nous encercler
en spirales brunes.
Et comme nous sommes
presque inconsolables
à glisser l’index
sur nos minces écrans,
cherchant comment faire
pour la contenir
comme si nous étions
maîtres des nuages.
Elle déborde enfin,
il est temps d’attendre,
de nous raconter
d’anciennes histoires
où toujours plus haut
nous devions montés,
recroquevillés
au sommet des arbres.
L’eau vient nous chercher,
il faut redescendre,
partir avec elle
autour des immeubles,
dériver encore
quarante jours et plus,
accepter d’échouer
très loin des rivages,
sur une autre terre
où il faudra faire
de nouvelles rencontres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s